Les 3 piliers relationnels pour transformer sa vie familiale

Solides, droits et inébranlables, voilà des adjectifs qui nous viennent en tête pour définir les piliers. Au sens figuré, un pilier relationnel viendra donc vous aider à vous sentir vous-même solide, « aligné » et inébranlable quand vous interagissez avec les autres, notamment avec vos enfants, si intenses soient-ils. Voici les trois piliers relationnels que vous pouvez construire au jour le jour.


Premier pilier : l’inversion de l’énergie ou les bienfaits du discours positif

Inverser son énergie consiste simplement à utiliser son langage – son énergie – pour encourager les comportements souhaités chaque fois qu’on les observe, au lieu d’intervenir seulement lorsqu’ils ne sont pas au rendez-vous.

C’est un mécanisme que l’on met en place au jour le jour, un pilier que l’on construit avec de petites victoires. Voici comment l’ériger.


Entraînez-vous à dire ce que vous voulez plutôt que ce que ne voulez pas.

Votre intention est d’apprendre à votre enfant à être respectueux? Dites-lui ce que vous voulez voir comme comportement, montrez-lui vos trucs, apprenez-lui le langage du respect.
Si, au contraire, vous mettez l’accent sur ce que vous trouvez inacceptable, le message ne passera pas et vous finirez par perdre patience et par avoir recours aux menaces et aux cris pour vous faire entendre. Rien pour susciter la collaboration d’un enfant, rien pour installer un climat empreint de respect, ce qui était pourtant votre souhait de départ. Inévitablement, s’installera le sentiment d’échec et d’incompétence tant de votre côté que de celui de votre enfant.


Dirigez votre énergie vers ce qui fonctionne déjà bien et vers la réussite

Votre enfant réagira encore plus positivement à vos consignes s’il sent qu’il a déjà des comportements qui trouvent grâce à vos yeux et si vous le félicitez quand il en intègre de nouveaux.
Faites-lui aussi remarquer la réaction de son entourage face à ses bons comportements : les fois où il se fait répondre « oui » lorsqu’il demande les choses poliment, les fois où les parents de son ami l’invitent à la maison où à une sortie parce qu’il se montre respectueux… Votre enfant prendra ainsi conscience de l’impact de ses comportements de façon plus globale.


Cessez de penser à ce que vous ne voulez pas

La pensée est créatrice et votre subconscient ne fait pas la différence entre ce que vous voulez et ce que vous ne voulez pas. Si vos pensées et votre langage – donc votre énergie – n’ont d’yeux que pour ce que vous voulez éviter : vous allez toujours vous retrouver dans des situations qui génèrent ce que vous essayez de fuir.
Conditionner sa pensée peut vous sembler plus facile à dire qu’à faire, mais si vous vous entraînez à exprimer ce que vous voulez et si vous remarquez et célébrez ce qui vous approche de votre idéal, vous basculerez facilement vers le côté lumineux de la force !


Deuxième pilier : la gestion des émotions ou l’art d’apprendre à son enfant à utiliser son dimmer intérieur

Les enfants intenses sont pleins d’énergie qu’il ne savent pas canaliser. Ils peuvent facilement basculer en mode crise pour une rôtie qui n’a pas été coupée du bon sens ou pour ravoir un jouet que son frère ou sa sœur a osé lui prendre.
Évidemment, lorsque ces crises surviennent au quotidien, l’épuisement et l’impatience des parents est au rendez-vous et c’est le mode crise pour eux aussi. Ainsi, chaque conflit ne fait que des perdants soit : des enfants qui se sentent incompris et des parents qui se sentent incompétents.
Voici quatre bons outils pour construire un solide pilier de gestion émotionnelle.


Ne pensez jamais à réprimer les émotions
Saines, nécessaires et utiles, les émotions ne devraient pas être réprimées mais plutôt apprivoisées. C’est la base de l’intelligence émotionnelle sans laquelle la gestion des émotions est impossible.

Veillez à dissoudre votre propre intensité avant de demander à votre enfant de se calmer
Je ne vous apprendrai rien en disant que les enfants apprennent par l’exemple et par mimétisme : ils auront toujours tendance à vous imiter, dans bons comme dans les moins bons moments.

Attendez que la charge émotive diminue avant d’intervenir
Même si vous avez suivi la consigne précédente, ça ne veut pas dire que votre enfant est tout de suite prêt à vous entendre. Rien ne sert d’intervenir quand le volcan est en éruption.

Revenez sur les faits et racontez l’histoire autrement
Tu as crié très fort parce que ta rôtie était mal coupée. Je comprends que tu es fâché, mais tu peux juste dire « maman, tu n’as fait comme j’aime et je ne suis pas content ». Tu n’as pas besoin de faire une crise, mais tu peux me dire que tu n’es pas content.
Cette façon de vous exprimer cautionne son émotion mais suscite un changement de comportement. Vous pourrez ensuite appliquer les enseignements du pilier de l’inversion de l’énergie pour souligner positivement toutes les occasions où votre enfant s’exprimera sans faire de crise.


Troisième pilier : la clarté ou l’art de créer de l’harmonie en évitant les zones grises

Lorsqu’ils n’ont pas de consignes claires et conséquemment rassurantes pour les guider dans leurs comportements, nos enfants testent nos limites et notre cohérence, non pas par malice, mais par besoin de sentir un cadre défini et solide autour d’eux.
Le manque de clarté dans les consignes – ex : si tu n’arrêtes pas bientôt, ça va aller mal » engendre toujours des situations où l’enfant s’obstine et négocie et où les parents s’épuisent à argumenter. Au bout du compte vous êtes déçu de faire du sur place et votre enfant a de la peine car il sent qu’il vous déçoit.

Et si tout ça changeait en ajustant votre discours?
D’abord, voici un petit lexique pour clarifier quelques notions

Punition : privation que l’on impose à l’enfant dans le but de lui causer de l’inconfort et du ressentiment en guise de leçon pour avoir adopté un comportement répréhensible à nos yeux.
Exemple : tu n’es pas rentré à l’heure prescrite : je te confisque ton téléphone.
Efficacité : nulle, car la punition n’est pas connectée à la situation et est nettement exagérée.
Conséquence naturelle : situation provoquée par comportement X.
Exemple : tu as oublié ton cahier de math à la maison : tu n’as pas pu être noté sur ton devoir et tu te retrouves avec « 0 » pour ce devoir.
Efficacité : assez bonne car directement reliée à la situation et assez fâcheuse pour susciter un changement de comportement.
Conséquence logique Ajustement sur mesure de la consigne qui est en jeu dans un comportement répréhensible.
Exemple : tu es rentrée une demi-heure plus tard que permis ce soir, alors demain tu rentres 30 minutes plus tôt que l’heure à laquelle il t’est permis de rentrer.
Efficacité : assez bonne car directement reliée à la situation, proportionnelle au délit et sans atteinte à l’intégrité de l’enfant.

Soyez clair dans vos consignes et conséquent quand elles ne sont pas respectées

Consigne claire : mets ton verre de jus loin devant toi quand tu fais tes devoirs pour ne pas le renverser et que tu aies à tout nettoyer ensuite.
Vraie vie : fiston le laisse à côté de lui, et le renverse en ouvrant un livre.
Conséquence naturelle : son devoir est tout mouillé, la table est pleine de jus qui menace de couler par terre.
Conséquence logique : il doit nettoyer la table car vous ne le ferez pas à sa place et il doit recommencer son devoir. De plus, tout ça prend du temps et ça lui coupe du temps libre.
Efficacité : 100%.

Servez-vous du pilier de l’inversion d’énergie
S’il est bon d’être clair sur les règlements et les consignes, il est aussi important d’être clair quand on illustre des comportements positifs. Orientez votre discours sur ce qu’il se passe de bon quand l’enfant respecte les consignes :
« tu fais vraiment bien ça, merci de respecter l’heure de rentrée ! ».
« tu n’as pas lâché ma main en traversant la rue, je te félicite »

Martine Savaria qui a trois garçons, s’est un jour retrouvée (elle aussi !), fatiguée d’être mère à force de répéter sans être entendue. Constatant que sa vie familiale ne ressemblait en aucun point à ce qu’elle souhaitait, elle a pris les choses en main pour transformer sa famille et se définit aujourd’hui comme une multiplicatrice de relations harmonieuses. Elle a fondé Vivessens en 2015 et est la créatrice du programme « Enfants au max, parents relaxes » qui aide les parents d’enfants intenses à vivre une vie familiale empreinte d’esprit de collaboration, de respect et d’harmonie. Pour atteindre l’harmonie familiale Martine offre des cours en ligne, du coaching et un programme complet d’accompagnement. Informez-vous : https://calendly.com/vivessens/appel-decouverte