Tenir tête à votre enfant, à quel prix ?

Vous arrive-t-il que votre enfant veuille avoir raison à tout prix ? 

Que se passe-t-il alors ?

Oppositions, affrontements, conflits, chicanes et crises.

Avez-vous déjà remarqué que plus vous résistez, plus vous tenez tête à votre enfant, et plus celui-ci devient rigide et se ferme ? Plus la situation s’aggrave et moins vous obtenez sa collaboration.

Mais pour quelle raison, en arrivons-nous là avec nos enfants ? C’est parce que nous tenons à ce que les choses se passent exactement comme nous voulons. 

Quel est le prix à tenir tête ? Comment cesser cette dynamique ?

Quand nous tenons tête, nous sommes dans une partie de pouvoir. Un gagnant et un perdant, une victoire et une défaite, un bon et un méchant. C’est la dualité, une compétition pour savoir qui va gagner. La compétition et la collaboration ne font pas bon ménage dans une relation.

Si votre relation et votre dynamique avec votre enfant sont basées sur l’opposition et que vous vous tenez tête, vous n’êtes pas dans une relation de collaboration, mais plutôt en relation de combat.

Se tenir tête entre parent et enfant peut mener à une augmentation de la colère, de l’agressivité, de la rancune, de la froideur, de la tristesse et certainement à une relation parent-enfant moins harmonieuse.

Comment changer cette dynamique ?

Il existe plusieurs stratégies pour passer d’une dynamique de compétition à une dynamique de collaboration avec votre enfant. Voici quelques trucs pour y parvenir: 

  • Arrêter de donner du gaz à la situation et à l’enfant est le seul moyen que le conflit se désamorce. 
  • N’argumentez pas sur les arguments de votre enfant.
  • Changez de pièce pour couper toute connexion aux justifications.
  • Faites un retour sur les événements quand les esprits sont calmes. Attendez que la poussière tombe pour revenir sur le sujet.
  • Trouvez ensemble une solution gagnant-gagnant. Posez des questions ouvertes du genre : « En quoi cette situation te fâche » ? « Qu’est-ce qui pourrait t’aider à… » ? 
  • Ne prenez pas les arguments et l’opposition de votre enfant comme une affaire personnelle. Détachez-vous, ne vous sentez pas coupable. La culpabilité est dévastatrice pour votre estime parentale.

Finalement, apprenez à mettre vos convictions et vos croyances de côté, ainsi que votre désir d’avoir raison. 

Adopter une attitude désintéressée, ne pas alimenter le feu en lâchant prise et gérer nos émotions sont de véritables défis. Mais, ces moyens fonctionnent efficacement pour améliorer les comportements oppositionnels et contribuent ainsi à améliorer votre harmonie familiale.